Le projet

L’anthropologie est née et s’est développée en Occident, de l’étonnement que suscitait la découverte de cultures autres. Si elle s’est nourrie de documents divers (relations de voyages, écrits missionnaires, rapports des administrations coloniales, puis travaux d’enquêtes de terrain), ceux-ci ont été quasi-exclusivement rédigés par des spécialistes occidentaux. Pourtant les aires non-occidentales ont produit un savoir sur elles-mêmes. Elles ont également développé une anthropologie propre, hybridant les théories et travaux occidentaux avec leurs propres traditions savantes. Or ces « anthropologies d’ailleurs » sont quasiment inconnues des chercheurs occidentaux : l’anthropologie reste, de fait, un savoir occidentalo-centré qui s’écrit dans trois ou quatre langues, et avant tout en anglais. A usage interne, rarement sinon jamais traduites, ces « anthropologies d’ailleurs » restent  terres inconnues. L’anthropologie sociale et culturelle poursuit ainsi son avancée sans parvenir à s’extirper de cette préhension univoque de l’autre que pointait Edward Saïd dans son célèbre essai (L’Orientalisme : L’Orient créé par l’Occident, 1978).

L’INALCO possède cette spécificité de réunir des anthropologues spécialistes de langues peu traduites. Ses chercheurs sont formés non seulement à communiquer dans ces langues, mais aussi à lire des textes érudits. Bref : à ne plus considérer l’indigène comme un locuteur et un informateur, mais comme un pair dans la construction de son savoir. 

L’objectif premier de ce projet est de réfléchir aux évolutions et aux enjeux des anthropologies, et plus largement des discours sur soi, développés hors du monde occidental. Il se veut ainsi être une première étape vers la constitution d’une anthropologie réellement décentrée. Ce faisant, il permettra de rendre compte de la richesse des traditions savantes et scientifiques des sociétés que nous étudions, et de proposer des outils afin de pouvoir entamer un dialogue non naïf avec des chercheurs locaux. Le projet s’adresse évidemment aux ethnologues et anthropologues, mais aussi à tous les chercheurs en sciences humaines et sociales convaincus qu’il n’est plus possible d’ignorer les savoirs académiques locaux.

Le projet comporte deux volets :

  • “Décentrer notre savoir. Les anthropologies d’ailleurs”
    Journées d’études et ateliers permettant une connaissance comparées des anthropologies d’ailleurs
  • Traduction de textes importants d’anthropologues écrivant dans les langues non occidentales


Citer ce billet
Jean-Michel Butel (2023, 27 mars). Le projet. Anthrop'O. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b7wj

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search