Institut Ethnographique International de Paris

Créé en juin 1910 par Arnold Van Gennep et Maurice Delafosse, l’Institut ethnographique est le contrepoint de L’Institut français d’anthropologie. Ouvert aux explorateurs, aux administrateurs coloniaux, il veut mettre l’accent sur la pratique ethnographique avant toute considération théorique.

L’institut connaît rapidement un certain succès : 224 membres en mars 1914. C’est à cette date que l’Institut des langues Orientales l’accueille, jusqu’à sa fusion, en 1920, avec la Société des traditions populaires au sein de la Société française d’ethnographie.

 

Arnold Van Gennep, « Progrès, en France, des sciences de l’homme ; le Préhistorique ; l’Institut ethnographique international ; l’Institut français d’anthropologie », Le Mercure de France, 16 janvier 1911, p. 399.

Emmanuelle Sibeud, « Le temps de la dissidence. L’Institut ethnographique international de Paris, 1910-1914 », in Une science impériale pour l’Afrique ? La construction des savoirs africanistes en France 1878-1930, Paris, Éditions de l’EHESS, 2002,  p. 153-183.

Christine Laurière, « L’Institut français d’anthropologie (1910-1958), un long fleuve tranquille ? Vie et mort d’une société savante au service de l’ethnologie », Les Carnets de Bérose n° 7, Paris, Bérose – Encyclopédie internationale des histoires de l’anthropologie, p. 89-110.

 



Citer ce billet
Jean-Michel Butel (2023, 26 mars). Institut Ethnographique International de Paris. Anthrop'O. Consulté le 18 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/b7w7

Vous aimerez aussi...

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search